Mal Barré – Marie-Flore (2022)

Voici une adaptation à la guitare d’une chanson française actuelle de Marie-Flore : Mal Barré.

C’est en cherchant des titres en français, pour notre duo Alice et Thomas, que j’ai découvert cette chanson.

Pourquoi ce titre.

D’abord, il m’est arrivé un grand nombre de fois de trouver une chanson que je trouvais cool et de me dire que ce serait une bonne idée de la reprendre. Après avoir relevé les accords et la mélodie, je me rends compte que finalement, jouer le morceau en question ne semble pas vraiment convaincant.
En aucun cas cela ne remet le titre en question à mes yeux.

A l’opposé, il est des chansons qui n’ont pas besoin de grand chose pour être chouettes à jouer. Je trouve que Mal Barré en fait partie.
Pourquoi cela ? Même si cela reste un peu mystérieux, voici quelques pistes.

Ainsi, une grille harmonique suffisamment simple et claire pour sonner facilement. Pourtant, malgré une harmonie basique, la chanson est suffisamment bien construite pour que l’on ne s’ennuie pas lorsque l’on déroule la grille.

Aussi, la mélodie est rythmée avec une courbe claire. Les « oh chéri » sont placés rythmiquement de la même façon qu’on le ferait en parlant

Enfin, je pourrais évoquer le texte, chanson d’amour moderne qui me semble non genré. En effet, une femme peut autant la chanter qu’un homme. Cette notion me parle et me plaît.

Balade Paris 13eme
Ma balade du jour, Paris 13ème, 25 septembre.

La musique.

J’aime le placement rythmique de la voix. Les mélodies commencent en milieu de mesure pour terminer sur la mesure qui suit. C’est comme si la mélodie dirigeait l’harmonie. Par exemple sur la première phrase « c’est mal barré« , le changement d’accord intervient sur le «  » de « barré« , c’est lui qui déclenche l’accord de F. Et ainsi de suite durant tout le morceau.

Aussi, j’aime l’accélération de rythme. Les deux première phrases « c’est mal barré » et « j’te ressers un café » sont relativement espacées. A l’inverse, « un peu serré pour que tu te fasses à l’idée que ce sera bien lui le dernier » s’enchaine rapidement et donne un sentiment d’urgence qui colle au texte.

Egalement, la tessiture vocale me semble importante à observer. La note la plus basse est un LA à l’intérieur de la portée quand la note la plus haute est un SOL en haut de la portée. Soit moins d’une octave. Et pourtant, en dosant les couplets dans le bas et les refrains dans le haut de ce registre cela suffit à avoir un changement d’ambiance significatif.

Pour mon adaptation, j’ai choisis un accompagnement guitare qui favorise l’aspect percussif de l’instrument. Globalement, la technique consiste à frapper les cordes sur les temps 2 et 4 des mesures. Je me sers beaucoup de cette technique par exemple ici avec Jardin d’hiver.

Pour finir, concernant les notes aigües que j’attrape sur le « et » du 3ème temps, j’ai favorisé les notes qui collent à la mélodie de la voix. Surtout si cette note n’est pas dans l’accord joué. Cela m’aide à chanter.

Partition et tablature.

Si tu le souhaites, ma transcription et adaptation sont disponibles au format pdf juste sous ce texte.
Il s’agit d’un partage non commercial.